top of page

Le HTV s’est offert un futur !



A Loon, HTV bat Loon 70 à 64 (mi-temps 37-39)

(15-23, 22-16, 14-13, 19-12)

Arbitres : Mme Cynthia Le Quilliec et M. Cheikh Niang

Loon : Desseignet (15), Duwiquet (8), Camara (5), Robertson (5), Cissoko (9), Diallo (3), Peinte (6), Thiam (3), Saumont (10)

22 tirs réussis sur 50 tentés dont 9 sur 23 à 3 points - 11 LF réussis sur 15 - 31 rebonds (Saumont 9) - 16 passes décisives (Desseignet 5) - 19 balles perdues - 22 fautes personnelles

Coach : Quentin Wadoux assisté de Zaid Chaieb

HTV : Lefebvre (16), Eugène (12), Knezevic (7), Losser (12), Greenwood (12), Jean (2), Mintogo (7), Baradji, Simon, Cumberbatch (2)

25 tirs réussis sur 52 tentés dont 5 sur 16 à 3 points - 15 LF réussis sur 17 - 24 rebonds (Losser 8) - 18 passes décisives (Lefebvre 10) - 12 balles perdues - 17 fautes personnelles

Coach : Jean-Louis Borg assisté de Gaëtan Etienne


Cette saison est folle ! Complètement folle ! Mais elle est enivrante, excitante, fabuleuse. Et le HTV n’est plus qu’à une victoire de décrocher la lune. Après avoir gagné à Loon. Et surtout après avoir appris que Quimper avait joué parfaitement le jeu dans sa salle pour battre une équipe de Caen qui se voyait peut-être trop vite en haut de l’affiche (64-55).


Gagner dans le Nord, c’était déjà bien et loin d’être facile. Mais cela pouvait ne pas suffire et être très frustrant.


Il n’y a rien de plus terrible que d’être devancé au point-average. Après avoir perdu d’un point à Avignon ou à Tarbes, il ne restait au HTV que les yeux pour pleurer… de rage après une saison pourtant ébouriffante, merveilleuse, extraordinaire.


« Nous jouons le maintien ! » avait annoncé prudemment le néo-président Mathieu Perrymond au mois d’août. Conforté par un Jean-Louis Borg qui connait la musique et à qui on ne fait pas la chanson ! Le club venait de redescendre en N2 au début de l’été. Il ne restait rien. Les tiroirs étaient vides. Les joueurs désabusés en en fin de contrat. Le public boudait. Le toit des Rougières tombait. La structure de l’Espace 3000 souffrait.


En silence, dans une grande discrétion quelques passionnés se sont mis au boulot. Parallèlement, un groupe de « joueurs revanchards » animés d’une incroyable face mentale s’est juré d’écrire une belle page d’une histoire d’un club qui a traversé tant de tempêtes mais qui cultive aussi tant de bons souvenirs.


Match après match après le sauvetage administratif, rendez-vous après rendez-vous, déplacement après déplacement dans tous les coins de France, réception dans un palais presque vide avant qu’il se remplisse enfin devant tant d’abnégation et de réussites, le HTV est revenu de nulle part voire de l’enfer !


Et il a de nouveau aujourd’hui son destin en mains. A 40 minutes de l’immense bonheur, de ce retour tant espéré dans le basket professionnel.


Alors Loon ? La même partition, la même récitation, le même modèle, les mêmes idées. De la souffrance, des doutes, des bêtises mais à la sortie la même attitude. Celle d’une équipe de rebelles qui s’est jurée de ne rien regretter et d’aller au bout de ses rêves.

Dans une salle à oublier tant elle ne ressemble en rien aux modèles du haut niveau, dans une ambiance bon enfant voire folklorique, face à une équipe qui ne doute de rien, il fallait avoir le coeur bien accroché pour se sortir du piège.


Confier dans un premier temps les clés du camion aux deux « grands » Losser et Greenwood pour colmater les brèches et occuper la peinture. Souffrir en silence devant une adresse encore tellement fuyante. Accepter à contrario les vagues à trois points qui emportaient toutes les digues. Coefficient de marée très haut !

23 points encaissés à la fin du premier quart temps, 39 à la mi-temps, le meilleur (ou le plus sale) bilan pour se mettre en difficultés ! La défense la plus hermétique de la saison avait-elle oublié ses principes ?

Heureusement que les extérieurs Eugène, Knezevic et Mintogo plantaient enfin quelques flèches pour stopper l’hémorragie. Et que Théo Lefebvre jouait pour deux en contrant Hugo Desseignet et Paul-Lou Duwiquet, les poisons locaux. Maitre es-passes et scoreur diabolique, Théo-la-science entraînait toute son équipe dans le plus beau des retours.


Le HTV retrouvait la maitrise dans le 3ème quart. Serrait tous les boulons, privait Loon du moindre centimètre carré, coupait les lignes de passe.

Et concluait comme souvent dans le sprint final en affichant tous les standards d’une vraie forteresse. Barbelés, parpaings, mines antipersonnel… tout y passait pour le plus grand bonheur d’un Jean-Louis Borg parfaitement écouté et suivi.

La fin était gérée par une équipe de patrons ! Toute une salle reconnaissait et admettait l’évidence. Les plus forts avaient gagné.

Le HTV laisse Loon à 64 points. Comme à l’aller mais en y ajoutant deux unités. 70 - 64 après le 68 - 64. Une signature qui vaut tout l’or du monde.


« Le pari était que nous voulions avoir notre destin entre nos mains, avoue le président Mathieu Perrymond. Quoiqu’il arrive, la saison est réussie. Nous nous étions promis que l’humain serait au coeur du projet. Nous ne pouvions pas rêver d’une plus belle conclusion. »


Il reste maintenant la dernière marche à franchir. Celle qui vous permet de toucher les étoiles. D’aller marcher sur la lune.

Il reste maintenant à battre Tours dans le Palais des Sports de Toulon. Pas une mince affaire. Pas une évidence. Prudence.


Une équipe de Tours qui ne peut plus monter directement mais qui a la volonté de finir le plus haut possible dans le classement en vue des play-offs.

Et qui vient d’écraser Saint-Vallier 97 - 73 !


Les joueurs, les coéquipiers de Maxim Eugène et Théo Lefebvre n’attendent qu’une chose : pouvoir compter sur un chaudron en fusion pour les aider dans cette quête admirable. Les Toulonnais, les Hyérois, les Varois sont-ils capables de créer cette ambiance ? Quelque chose nous dit que le temps est venu d’exister de nouveau et de revenir quelques années en arrière. Quand défier le HTV était toujours compliqué, même pour les grosses écuries d’une Betclic Elite qui s’appelait encore la Pro A.


Cette Team mérite vraiment le respect, le soutien inconditionnel, la ferveur. Elle a gagné le droit à une vraie reconnaissance. Sans modération.

La fierté du basket varois est de retour, le HTV s’est offert un futur… en haute altitude.




Les résultats


Loon - HTV 64 - 70

Quimper - Caen 64 - 55

Tarbes - Andrézieux 58 - 74

Chartres - Avignon 100 - 60

Tours - Saint-Vallier 97 - 73


Le classement


1 - HTV 28 points 11 victoires 6 défaites

2 - Caen 27 points 10 - 7

3 - Chartres 27 points 10 - 7

4 - Tarbes 26 points 9 - 8

5 - Tours 26 points 9 - 8

6 - Quimper 26 points 9 - 8

7 - Avignon 26 points 9 - 8

8 - Andrézieux 25 points 8 - 9

9 - Saint-Vallier 23 points 6 - 11

10 - Loon 21 points 4 - 13


La prochaine journée (mardi 16 avril - 20 heures)


HTV - Tours

Avignon - Loon

Andrézieux - Quimper

Caen - Chartres

Saint-Vallier - Tarbes

1 006 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page