top of page

Le HTV, les armes à la main!




A Mulhouse (palais des sports), Mulhouse bat le HTV 74 à 63 (mi-temps 36-35)

(17-14, 19-21, 15-18, 23-10)

Arbitres : Mme Le Quilliec et M. Khelaifia

2000 spectateurs

Mulhouse : Pouaveyoun (11), Serrano (11), Veraghe (12), Vincent (9), Minning (8), Mondesir (7), Eyango-Dingo (6), Gallienne.

Coach : Lauriane Dolt assistée de Terrick Nerome

HTV : Lefevbre (1), Ouattara (2), Eugène (10), Greenwood (11), Losser (9), Staniulis (8), Jean, Knezevic (13), Simon (4), Baradji (5)

Coach : Jean-Louis Borg assisté de Gaëtan Etienne


Douze heures de car et 757 kilomètres d’une autoroute interminable, monotone et triste pour rejoindre une lointaine Alsace… du sud. Un temps exécrable. Des matches tendus tous les trois jours. Un championnat ultra serré. Beaucoup de fatigue accumulée depuis le 1er août. Quelques joueurs touchés. La cheville de Greenwood qui grince. Les côtes de Losser qui couinent. Le poignet de Eugène douloureux… beaucoup de détails étaient réunis pour que le rendez-vous avec Mulhouse ne soit pas une partie de plaisir ou un long fleuve tranquille.


A cela il fallait ajouter que le HTV tenait déjà à pleines mains sa qualification pour la poule haute et que Mulhouse devait encore se donner une dernière chance d’aller la chercher en gagnant ce choc en haute altitude. Consciemment ou inconsciemment, tous les ingrédients étaient en place pour que la victoire soit difficile à arracher.


C’est en effet ce qui s’est passé dans un Palais des sports chaleureux mais les Varois n’ont pas abdiqué facilement. Ils n’ont pas « balancé » ce match qui comptait finalement moins pour eux. Ils ont montré beaucoup de fierté et un bel engagement pour ne lâcher prise que dans les toutes dernières minutes. Les armes à la main et toute fierté en bandoulière.

En gaspillant peut-être quelques dernières minutions alors que les Alsaciens commençaient à douter et à s’énerver. En n’étant pas gâté non plus par quelques coups de sifflet étonnants dans le money-time mais le HTV commence à en avoir l’habitude !


Jean-Louis Borg avait bien analysé le challenge. Il a ainsi donné beaucoup plus de temps de jeu à des joueurs moins en évidence ces derniers temps. Pour relancer certains. Pour ménager un peu les autres. Longtemps la méthode a tenu toutes ses promesses. Preuve du sérieux de la troupe.

Mais par rapport au match aller (victoire 84-63), il a manqué quelques points et quelques inspirations de Théo Lefevbre moins décisif, l’efficacité de Junior Ouattara qui sanctionnait plus tôt dans la saison et qui hier, en plus, s’est blessé et surtout Daval-Braquet, arrêté depuis, qui apportait des points et des rebonds.

La défense aussi reste dans les bons standards côté chiffres mais elle a moins d’intensité, d’agressivité voire même de violence qu’il y a quelques temps. La coach Lauriane Dolt en était encore toute retournée après le match aller et elle avait mis sa troupe en éveil pour casser cette formidable dynamique. Aujourd’hui le HTV défend toujours aussi bien mais fait peut-être moins mal.


Les joueurs de Mulhouse se sont donc partagés le boulot et chacun a apporté son écot en se répartissant la marque dans la foulée du grand Serrano qui n’est pas un jambon !


Alors le HTV a fait de la (belle) résistance pendant longtemps. Jusqu’au début du quatrième quart-temps en menant 53-51. Borg s’était permis le luxe de garder près de lui son phare Greenwood pendant de longues minutes sans que le score ne s’inverse.

Et au début des dix dernières minutes, le réservoir d’essence s’est vidé d’un coup. Maxim Eugène et Arthur Simon ont tenté le K.O. à trois points sans réussite. Greenwood, Losser et Lefevbre ont limité la casse jusqu’à 58-59.


Et la lumière s’est soudain éteinte. Mulhouse s’est envolé, touché enfin par la réussite. A trouvé la solution sur quelques « cacahouètes » balancées de loin les yeux presque fermés ! A obtenu ainsi une partie de son salut.


Le HTV, de son côté, a confirmé dans la douleur qu’il était un leader crédible et donné une belle image de son nouveau et actuel potentiel.


C’est donc presque l’heure de tirer les premières conclusions. Mettre en exergue le travail formidable accompli par le commando du renouveau.

Souligner les résultats extraordinaires obtenus en six mois. Qui aurait pensé à une première place au début du championnat ?

Il faut encore recevoir Lyon SO, prendre quelques jours de repos (trêve de 3 semaines) et se lancer à corps perdus dans le plus beau des challenges, la quête d’une des deux places offertes en Pro B. Par le biais de la poule haute ou ensuite à quitte ou double dans la dernière phase.

Avec une remarque : après tant de saisons difficiles, les joueurs de Jean-Louis Borg ne méritent-ils pas un palais des sports bien rempli et festif ?

Poser la question est déjà espérer une bonne réponse !


HTV VS Lyon SO : Vendredi 16 Février - Palais des Sports 20h15




La 25ème journée

Mulhouse - HTV 74-63

Andrézieux - Boulogne 65-75

Avignon - Pont-de-Chéruy 71-68

Caen - Saint-Vallier 96-72

Feurs - Centre Fédéral 63-57

Orchies - Le Havre 96-92

Lyon SO - Besançon 98-94


Le classement (après 25 journées)

1- HTV 43

2- Caen 42

3- Saint-valler 42

4- Avignon 40

5- Mulhouse 40

6- Andrézieux 39

7- Pont-de-Chéruy 39

8- Le Havre 38

9- Orchies 37

10- Boulogne 37

11- Lyon SO 34

12- Feurs 32

13- Besançon 32

14- Centre Fédéral 30


La dernière journée

HTV - Lyon SO

Boulogne - Mulhouse

Caen - Besançon

Feurs - Avignon

Orchies - Pont-de-Chéruy

Saint-Vallier - Le Havre

Centre Fédéral - Andrézieux


La lutte finale


Le HTV, Caen et Saint-Vallier sont officiellement en poule haute.

Il reste deux tickets à distribuer.

4 équipes peuvent y prétendre.


Avignon et Mulhouse ont pris une très légère option. Avignon va se déplacer à Feurs qui ne joue plus rien et va aller en play-down. Mulhouse se déplace à Boulogne qui est assuré de jouer la poule du milieu.

Un cran plus bas, Andrézieux traumatisé par son faux pas à domicile contre Boulogne se déplace au Centre Fédéral en espérant une défaite des candidats qui le précèdent.

Pont-de-Chéruy a aussi gâché une occasion unique en s’inclinant de 3 points à Avignon. Il faudrait un miracle et que tout le monde perde pour qu’ils se qualifient au finish.

Si la situation reste figée, le HTV va partir en poule haute avec 4 victoires et 4 défaites. Un bilan qui laisse la porte ouverte à toutes les possibilités.

Le rêve absolu : qu’Andrézieux coiffe sur le fil Avignon ou Mulhouse. Car dans cette hypothèse, la balance victoires - défaites ne serait pas la même. Elle passerait à 5-3 ! Total bonheur.

320 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page