top of page

La vilaine répétition

A Toulon (Palais des Sports), Orchies bat HTV 73-71

(18-8, 18-25, 17-17, 20-21 )

Arbitres : MM. Manzano et Esfih

2000 spectateurs

HTV : Lefebvre (11), Ouattara (2), Losser (12), Grenwood (24), Eugène (12), Knezevic (10), Staniulis (0), Jean (0), Baradji (0), Simon (0).




Coach : Jean-Louis Borg assisté de Gaëtan Etienne

Orchies : Jones (13), Rucklin (13), Menuge (17), Benhamed (10), Mayaki (8), Rigaux (5), Ouatongo (0), Duro (7), Verbeke (0)

Coach : Philippe Maucourant assisté de Mme Chrystel Ongenda


Juste avant les fêtes de fin d’année 2023, au regard d’une série magique de onze succès, Jean-Louis Borg tempérait les ardeurs des supporters et des observateurs du HTV qui se laissaient gagner par une douce euphorie ambiante.

Le coach connait trop le basket et tout ce qui peut se cacher derrière une série de résultats aussi beaux soient-ils. « Le bilan est très bon, les garçons travaillent bien mais nous sommes moins bien armés que d’autres équipes et sur la durée, la différence pourrait se faire. »

Remarque prémonitoire mais ô combien pleine de bon sens.

Une aventure ne se construit pas sur quelques coups mais sur un investissement de tous les instants et à long terme.


Alors aujourd’hui quelques sourires ont disparu, quelques regards se sont brouillés (notamment ceux des nombreux enfants du club venus faire la fête avec leurs idoles), quelques remarques sont venues souligner les performances d’une équipe qui vient de taper trois fois dans le mur d’une opposition très motivée.

A chaque fois par une marge infime (-4, -2 et -2) ce qui laisse espérer que les Varois n’ont rien lâché. Mais la vérité cruelle est là, le HTV vient de perdre en une semaine autant de fois qu’en quatre mois.


En effet après la réception de Pont-de-Chéruy, le déplacement à Avignon, le HTV a de nouveau baissé pavillon dans son palais fétiche contre une équipe d’Orchies passée maitre dans l’art de brouiller les cartes. Et d'embobiner par moment un duo d’arbitres bien laxiste et peu regardant par rapport au nombre de fautes commises.

Mais il ne faut surtout pas se cacher derrière cette excuse. Le HTV peut aussi s’en prendre à lui-même. La faute à ce nouveau départ poussif et à un premier quart temps encore une fois approximatif.


« Nous voulons agir et ne pas réagir » martelait Gaëtan Etienne l’adjoint de Borg avant la rencontre. Il n’a pas été bien entendu par ses joueurs. Une défense trop permissive, quelques mauvais choix, des balles perdues presque naïvement, un rebond trop tendre et Orchies posait sa patte sur le match.

Heureusement que Greenwood sonnait la charge dans tous les points de rencontre chauds, que Maxim Eugène en capitaine courage réveillait ses troupes, que Théo Lefebvre remettait un peu d’ordre dans la maison jaune et que Quentin Losser roulait parfois des mécaniques pour indiquer à l’adversaire que le HTV était dans son fief.


A la mi-temps, l’hémorragie était stoppée. Mais la confiance n’était pas complètement revenue. Témoin un début de deuxième acte encore bien hésitant laissant quelques largesses à un Menuge vieille école, en feu à longue distance.

Réponse ? Une bonne zone pour redonner un brin de force collective et des repères sur le terrain. Et comme de l’autre côté du terrain, Lefebvre et Greenwood retrouvaient des connections et que Nikola Knezevic affichait son talent de sniper, le HTV repassait devant au score (43-41) sans jamais faire un break.

Mo Greenwood poursuivait un festival d’efficacité, Eugène et Knezevic le secondaient avec une envie de tous les instants. Mais Orchies n’était pas sanctionné à hauteur de son engagement. Dans le quatrième quart temps torride et engagé, les Nordistes n’étaient sifflés pour la première fois qu’un bout de six longues minutes !

L’écart ne montait jamais d’un côté ou de l’autre. Et à ce petit jeu de hasard, la pièce allait tomber encore du mauvais côté. Comme contre Pont-de-Chéruy (58-62) comme à Avignon (71-73) et bizarrement sur la même marque contre Orchies (71-73) !


« Quelle maudite semaine ! » remarquait Théo Lefebvre épuisé et déçu.

« Il nous manque quelques tirs et surtout on a surtout oublié de se battre, renchérissait Maxim Eugène exemplaire mais sans concession. Ce qui faisait notre force, il y a quelques temps, n’a plus la même intensité. Moi, le beau basket, je m’en fous complètement. Ce que je veux, c’est faire les choses avec dureté, faire mal à l’adversaire, le faire douter avant de le renverser. On ne se trouve plus, on n’arrive pas à enchainer. Nous sommes dans une mauvaise passe mais je suis persuadé que la roue va tourner et que tout va changer. L’équipe va retrouver ses vertus et son savoir-faire. En tant que capitaine, c’est ce que j’attends du groupe : une réaction d’hommes ! »


Après trois défaites consécutives, le HTV est pourtant toujours leader ! Car Saint-Vallier a perdu aussi dans sa salle contre Andrézieux après prolongation. les positions se resserrent, la bataille fait rage.


Mais depuis hier soir, malgré la défaite, le HTV a pratiquement assuré sa place dans les cinq premiers, dans la poule haute. Saint-Vallier avec autant de victoires (16) l’accompagnera. Caen et Andrézieux (14) sont les deux autres équipes les mieux placées. Et le dernier ticket se jouera au finish entre Mulhouse, Le Havre, Avignon et Pont-de-Chéruy. Et quelque chose nous dit que le dernier nommé n’est pas le moins bien placé. Cette surprise serait forcément dommageable pour le HTV qui a perdu deux fois contre eux. Et comme les résultats du premier tour sont conservés…


L’heure n’est pas encore de se projeter vers le deuxième moment de la saison. L’urgence aujourd’hui pour docteur Borg est de trouver le bon remède pour soigner quelques joueurs touchés moralement.

330 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page