top of page

HTV : comme des lions !



A Toulon (Palais des Sports) HTV bat Quimper 74 à 73 ( mi-temps 37-33)

(17-21, 20-12, 10-23, 27-17)

Arbitres : MM. Manzano et Estreme

2000 spectateurs

HTV : Lefebvre (17), Eugène (8), Knezevic (12), Losser (14), Greenwood (16), Jean (4), Simon (3), Cumberbatch, Mintogo, Baradji, Enki.

25 tirs réussis sur 52 tentés dont 6 sur 24 à 3 points - 18 LF sur 26 - 27 rebonds (Losser 8) - 16 balles perdues - 19 passes décisives (Lefebvre 11)

Coach : Jean-Louis Borg assisté de Gaëtan Etienne

Quimper : Dudit (10), Anderson (9), Ndoye (3), Quincy-Jones, Injai (11), Bouloukouet (5), Bangoura (9), Awich (17), Mensah (4), Randria (5)

24 tires réussis sur 48 dont 7 sur 12 à 3 points - 18 LF sur 25 - 31 rebonds (Awich 6) - 20 balles perdues - 18 passes décisives (Injai 4)

Coach : T. Wolicki assisté de S. Auffret


Mais où vont-ils chercher cette énergie et ce supplément d’âme ?

Comment font-ils pour retrouver leur route au beau milieu de toutes les tempêtes ?

A chaque fois, ils reviennent de nulle part ! Ils serrent les dents, ils jouent des coudes, ils ne baissent jamais les yeux. Ils soufrent mais ne lâchent jamais l’affaire.

Ils acceptent les rafales que leur proposent les adversaires peut-être mieux armés. Ils entendent les exhortations d’un coach intenable devant son banc mais inspiré dans ses choix et sa manière de faire réciter « son » basket.

Ils suivent les yeux fermés leur capitaine Max Eugène jamais aussi fort que quand le combat fait rage.

Ils se font confiance et se demandent jusqu’où ce genre d’attitude va les amener. Ils ont cimenté une aventure.


Le premier sous le charme est le président Mathieu Perrymond. Bouleversé par tant d’abnégation, secoué par le courage de ses guerriers, il continue de rêver à l’impossible exploit. « Je ne regarde plus les autres résultats. Je mesure juste ce que vous avez accompli depuis le mois d’août. Personne ne nous attendait à ce niveau. Je dis bien personne. Vous avez gagné le respect. Et bien mieux que ça : quand j’entends les tribunes s’enflammer, quand je vois ce public debout dans les dernières minutes, quand je vois les regards de tous les enfants qui brillent comme devant un arbre de Noël, je me dis que nos efforts servent à quelque chose. Le sport vécu de cette façon, c’est merveilleux. »


Trois jours après une défaite d’un point à Tarbes, trois jours après un destin qui leur a tourné le dos, les joueurs du HTV ont donc été dignes de leur nouvelle réputation.


Un nouveau départ poussif, 17-21 à la fin du premier quart temps. Quimper endormait les Varois dans un jeu sans rythme, sans joie, sans flamme. Bizarrement sans faire trop de fautes dans un début de partie chloroformée et peu spectaculaire.


Dans le second quart, Eugène, Losser , Greenwood animaient la marque mais quelques pertes de balles ne permettait pas de faire le break.


4 à la mi-temps, aucun affolement mais aucune marge ! C’est dans le 3ème quart que la foudre allait tomber sur les « jaunes » !


Nouvelle disette offensive. 4 malheureux points inscrits en 7 minutes. Seul Camille Jean trouvait par deux fois le chemin du cercle. A - 9 le Palais cherchait son souffle mais n’abandonnait pas ses favoris. Borg réclamait encore de l’agressivité et le match prenait des allures de corrida. Tout terrain. Tout ou rien.


Le public du HTV se trouvait même une mascotte. Le jeune Lorenzo, titulaire de la serpillère, prenait du grade sur le parquet. Chacune de ses interventions étaient saluées par des encouragements dignes d’un match d’Euroligue en Grèce ou en Turquie !!!


« Lorenzo, Lorenzo, Lorenzo », le HTV s’était trouvé une nouvelle raison de croire en son étoile. Et un joli refrain qui collait bien à son aventure et à ses valeurs. Le partage et les jeunes…


Théo Lefebvre reprenait aussi la baguette et empilait les points et les lancers francs. Super Losser explosait tout. Greenwood combattait dans la peinture et autour de l’arc. Eugène et Knezevic se jetaient sur toutes les miettes. Tout à coup Quimper cherchait de l’air et perdait ses sourires. Les Varois étaient revenus dans le sillage d’une équipe qui croyait avoir fait le plus difficile.

Les relations Losser - Greenwood refaisaient surface. Théo Lefebvre dessinait quelques passes décisives.


Jusqu’au bout les deux équipes se rendaient coup pour coup. Aucune ne cédait. A 73-73 plus personne ne respirait. Mo trouvait encore Quentin au milieu du traffic. Le géant de Carnoules allait au bout et obtenait deux lancers francs. Il n’en transformait qu’un. Celui du bonheur.


Derrière il restait 11 secondes pour défendre la patrie. Et un minuscule matelas.


Devant le parterre de beaucoup d’hommes politiques qui apprécient de plus en plus le spectacle, devant le Préfet du Var qui est un très fin connaisseur des choses de la balle orange (son fils coache Saint-Quentin en Betclic élite), devant les deux présidents assis presque côte à côte, le dernier ballon allait être « sauvagement » disputé ! Et la pièce tombait du bon côté, les sifflets restant muets devant cette multitude de fautes des uns et des autres qui se disputaient un dernier ballon qui pesait des tonnes !


Voilà comment le come back d’une équipe qui a gagné le respect, prenait corps.


Exténué mais tellement fier, Jean-Louis Borg avouait une vraie admiration pour ses « petits ». « Bien sûr qu’il y a des choses à corriger, bien sûr que tout n’est pas parfait. Mais ce soir vous avez gagné le droit d’exister jusqu’au bout. Et cette attitude, ça n’a pas de prix. Alors vraiment bravo à vous. »


La 7ème journée (poule haute)

HTV - Quimper 74 - 73

Avignon - Tarbes 90 - 91

Andrézieux - Loon 92 - 56

Saint-Vallier - Chartres 67 - 70


samedi 6 avril

Caen - Tours


Le classement


1 - HTV 10 victoires 6 défaites

2 - Tarbes 9 - 7

3 - Avignon 9 - 7

4 - Chartres 9 - 7

5 - Caen 9 - 6

6 - Quimper 8 - 8

7 - Andrézieux 7 - 9

8 - Tours 8 - 7

9 - Saint-Vallier 6 - 10

10 - Loon 4 - 12


La prochaine journée


Loon - HTV

Tarbes - Andrézieux

Chartres - Avignon

Tours - Saint-Vallier

Quimper - Caen


450 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


Guest
Apr 12

Objectif : décrocher la loon (n’est-ce pas la pays du pruneau?)…


Like
bottom of page