top of page

Contre Quimper, gagner pour oublier !





Peut-on se relever d’un K.O. ?


Dans nos lointains souvenirs (que le temps passe vite !), on revoit l’immense terreur argentine Carlos Monzon, l’indien de la pampa très secoué par Jean-Claude Bouttier et revenir de l’enfer pour régner sans partage sur les poids moyens d’un monde qui ne collectionnait pas les ceintures !


Le HTV est dans cet état là ! A Tarbes, il a touché les étoiles avant d’être envoyé au tapis dans les dernières secondes.

Il a fallu digérer ce passage entre la lumière vertigineuse et le retour dans l’ombre de l’anonymat. Du grand bonheur à la grande douleur.

Il a fallu rentrer au vestiaire au milieu des cris de joie (et d’une certaine hystérie) des supporters d’une équipe qui ne venait de gagner qu’un match lui offrant une quatrième place.

Il a fallu prendre rapidement une douche, croiser des regards, consulter les premiers messages de portables qui ne sonnaient pas comme d’habitude !

Il a fallu s’installer dans un car pendant huit heures pour rentrer à la maison en pleine nuit et arriver au petit matin, exténués et fourbus.

Il a fallu regarder quelques images d’une fin de match où la pièce ne tombait pas du bon côté.

Il a fallu se pincer en scrutant quelques statistiques et notamment cette ligne de réussite (non d’échecs) aux lancer-francs : 7/20. Avec la moyenne traditionnelle tamponnée toute la saison c’était du 14/20 et la victoire changeait de camp sans trembler.

Il a fallu jeter son sac au fond du salon en arrivant sur les bords de la Méditerranée et oublier l’air frais des Pyrénées.


Il a fallu, il a fallu, il a fallu…


Et maintenant, ce vendredi soir, il faut tout oublier et se relancer dans un sprint qui n’a pas encore rendu son verdict.

Passer d’une équipe qui avait son destin en mains à une équipe qui doit attendre le faux-pas d’au moins Caen qui reçoit Tours le lendemain.


Il faut vraiment du caractère pour survivre à ce genre de scénario. Et c’est justement une des qualités premières de la bande à Borg.

Une bande de « revanchards » qui ne baissera jamais la tête et qui acceptera de relever tous les défis. Ils savent d’où ils viennent et ils savent aussi où ils veulent encore aller.


Contre Quimper, ce sera encore un gros choc. En Bretagne, au match aller, le HTV avait écrit une page formidable de sa saga. Une victoire 67-56 en défendant comme des damnés dans tous les coins du parquet. En partageant la marque. C’était au lendemain d’une belle victoire contre… Tarbes !


Peut-il réaliser le même exploit contre Quimper après une défaire aussi cruelle soit-elle ?

Les visiteurs viennent de gagner contre Saint-Vallier. De battre Avignon auparavant dans la cité des Papes. D’écarter Andrézieux à la maison. Ils n’ont plus perdu depuis trois matches et c’est l’équipe en forme du moment.


Alors ?


Il faudra serrer les dents. Il faudra rester immense en défense. Il faudra retrouver quelques automatismes et attaque. Il faudra continuer à faire confiance aux « historiques » et mettre Mintogo et Cumberbatch en confiance.


Il faudra écouter coach Borg et ce n’est pas le plus difficile car il a une voix qui porte !

Il faudra aussi entendre un Palais qui a retrouvé du tonus et sa fierté.

Et en cas de victoire, il faudra aussi attendre une journée pour savoir ce que Caen a fait contre Tours.


Pour espérer pouvoir toucher le gros lot assez rapidement ou pour se préparer au 3ème marathon, celui des play-offs…





La 7ème journée (poule haute)


vendredi 5 avril 20 heures


HTV - Quimper

Avignon - Tarbes

Andrézieux - Loon

Saint-Vallier - Chartres


samedi 6 avril


Caen - Tours


Le classement


1 - Caen 9 victoires 6 défaites

2 - HTV 9 - 6

3 - Avignon 9 - 6

4 - Tarbes 8 - 7

5 - Chartres 8 - 7

6 - Tours 8 - 7

7 - Quimper 8 - 7

8 - Andrézieux 6 - 9

9 - Saint-Vallier 6 - 9

10 - Loon 4 - 11


337 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

留言


bottom of page